ANALYSE DES ACTIONS DIRECTES CONTRE LES MC'DONALD'S ET BOUCHERIES GENEVOISES - Radio Lac

May 10, 2018

"Le fait que l'opinion publique s'insurge contre ces actions est parfaitement révélateur de son anthropocentrisme aveuglant, qui l'empêche de percevoir la véritable violence : celle qui met à mort 69 millions d'animaux chaque année en Suisse. Animaux qui terminent inexorablement sous la forme de cadavres joliment disposés derrière des vitrines proprement décorées ou sur les étals des supermarchés. L'opinion publique préfère donc s'offusquer des méthodes diverses et variées utilisées par les militant-e-s antispécistes, plutôt que de se questionner sur sa propre moralité. 

 

Le culte de la déresponsabilisation illustré par les propos des bouchers suite à ces actions est criant. Chacun se renvoie la balle des responsabilités : "Je ne suis qu'un pauvre artisan !" "Je ne tue que parce qu'il y a une demande !" "Je ne consomme que parce que les commerces en vendent !" Autant de propos qui placent chacun-e dans une posture de victime, sans que personne n'admette jamais sa part de responsabilité dans la pérennité d'une injustice ahurissante. 

 

Tant que les actions ne mettent pas en danger l'intégrité physique d'autrui et qu'elles comportent un message politique, elles s'inscrivent dans un contexte d'évolution globale, même internationale. Il ne s'agit pas de vandalisme ni de délinquance, mais bien d'actes de désobéissance civile qui revendiquent une société plus juste en faveur des animaux inutilement tués. Le message de fond est toujours occulté par l'opinion publique. 

 

Comme je l'ai dit, je ne donnerai pas de réponse très tranchée parce que la situation est complexe : je pense qu'on peut se questionner sur la méthode elle-même, mais par contre, ce qui est révélateur, c'est qu'on voit que le dialogue est impossible dans certaines situations, quand les intérêts économiques sont prépondérants par rapport à la vie et à la dignité de l'animal. Et donc je comprends que certains antispécistes qui n'ont pas forcément accès à des plateformes télévisées ou ne peuvent pas donner de conférences ou agir de manière éducative, qu'ils s'insurgent face à l'impossibilité du dialogue. 

 

Contre-productif à quel niveau ? C'est ça la question. Parce que contre-productif dans le sens où certains s'insurgent parce que ces actions donnent une mauvaise image du mouvement antispéciste... il faut savoir que très souvent, ceux qui formulent ce genre de propos sont déjà contre ce mouvement par principe. 

 

Je ne dis pas que ces actions seront la norme. Ces actions s'inscrivent dans un contexte global d'évolution comme je le disais, et elles sont davantage médiatisées parce qu'elles choquent, c'est d'ailleurs le but de la désobéissance civile, mais en fait en parallèle de ces actions-là, il y a des conférences qui sont données, il y a des projections de films, des débats, il y a des personnes qui s'investissent dans l'éducation. Donc en fait, ces actions sont davantage médiatisées donc on a l'impression qu'elles sont les seules en fait qui font parler du mouvement, et ce n'est pas le cas. Simplement elles suscitent de plus vifs débats très émotionnels."

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Review

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Tag Cloud

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

@ 2019

  • Grey Facebook Icon